"Loïc Tréhin a fait de la nature son atelier. Il peint sur le motif, non seulement pour saisir au plus près la vibration de l'onde ou le léger mouvement de l'ombre, mais aussi pour sentir, sinon humer, la caresse de l'air ou de l'herbe et se laisser bercer par les variations de lumière. Sa peinture sent la mousse, le roseau, la fougère, le sous-bois ; elle est olfactive autant que visuelle. Il y a donc du naturalisme dans son travail - restituer l'essence de la nature par le trait ou la couleur - mais il s'agit d'une nature passée au filtre d'un regard poétique qui a ses racines dans l'enfance, au temps où, déjà, il faisait ses délices du moindre tressaillement de fougère, du moindre reflet sur la rivière, du plus fugace éclat de soleil sur le feuillage. Crayon noir gras, gouache, aquarelle, pastels secs ou gras, jus d'acrylique sur papier ou sur carton craft sont les techniques utilisées par Loïc Tréhin pour immerger le spectateur de ses œuvres dans sa part de nature. Parfois en plans larges, parfois en plans serrés (le format vertical étant alors le plus présent), et souvent grâce aux nuances obtenues à partir des seules couleurs primaires, les tableaux de Loïc Tréhin nous livrent les jeux de lumière et d'ombres composés par les reflets sur l'eau (qui confinent à l'abstraction), les subtiles contrastes, presque monochromes, de feuilles et de tiges de bambou, l'effervescence colorée des pêchers en fleurs, la délicatesse de roseaux se dressant dans l'eau vive d'un ruisseau. Tout l'art de Loïc Tréhin réside dans cette capacité picturale, qui procède à la fois du conteur et de l'alchimiste, à nous faire ressentir au plus profond le mélange unique, dans la nature, d'inextricable et mystérieux fouillis et d'harmonie, celle des matières, des textures, des tons froids ou chauds, des formes, des volumes, des lumières."

Dominique Leconte - Editeur


Loïc Tréhin est le peintre de la vie. Laissez-vous peu à peu gagner par cet immense travail sur le mouvement.
Il est ici question de l'incessant, de l'irréversible, du "jamais recommencé", sans halte ni repos dans l'accomplissement des beautés du monde, dans lequel enfin "je" est un autre regard. Et plutôt que de vouloir "saisir" sur le vif il s'agit de se laisser guider par lui, très sensoriellement, avec les yeux de l'âme.

Jean-Francis Evenou - Auteur


Loïc Tréhin : un merveilleux compagnon de route

Plus qu’un ami, Loïc Tréhin est depuis près de quarante années un incandescent et joyeux compagnon de route de qui je pérégrine avec un bonheur et un émerveillement qui ne se sont jamais démentis.
Bonheur d’abord de l’avoir rencontré alors qu’il n’était qu’un tout jeune homme animé d’une fougue et d’une passion qui ne l’ont jamais quitté tout au long d’une carrière d’artiste protéiforme et exigeante. Il n’est pas toujours aisé, si l’on veut éviter la flagornerie, de louer un camarade de si longue date dont on a admiré le talent, l’originalité et la ténacité dès la naissance des premières œuvres. Bonheur ensuite de ne l’avoir jamais quitté, quand bien par moments nos pas eussent pris quelque chemin de traverse, au cours de toutes ces années où nous avons partagé nos envies, nos amours, nos dilections de la chanson, de la musique, de la poésie, de la peinture, de la photographie. Bonheur encore d’avoir pu collaborer avec lui au travers d’ouvrages qu’il a illustrés et qui ont été pour moi sur mon chemin de Saint-Jacques des escales indispensables dans une carrière d’écrivain. Bonheur toujours d’avoir encore et à jamais tant de projets à faire ensemble.

Et puis émerveillement devant la brillance de l’œil, la sûreté du geste, le cristallin du rire d’un artiste qui s’est ouvert au monde sans rien renier de ses origines, de sa source, de sa terre mère, de sa Bretagne, loin des clichés et du passéisme. Emerveillement de cette harmonie jamais déçue de convictions communes et partagées qui nous ont fait placer l’homme, l’ouvrier et le paysan que fut son père, le marin que fut le mien - ils se rencontrèrent sans doute à l’île de Groix aux sinistres temps de la guerre - au centre de nos préoccupations. Emerveillement de l’opiniâtreté d’un artiste qui a su ne jamais s’enferrer dans un style mais a toujours cherché l’alchimie fusionnelle en faisant du mélange des genres un genre bien à lui.

Je suis fier, heureux et comblé d’avoir été et d’être encore le complice d’un parcours artistique lumineux qui, malgré embûches, aléas, vicissitudes, galères, n’a jamais quitté le sillon tracé dans le granit d’un roc de chez nous. Cette complicité survit contre vents et marées à l’image de cette amitié que je voue à Loïc Tréhin et que je crois sincèrement partagée.

Lucien Gourong - Écrivain, conteur

Création www.celinecrea.fr - Reproduction Interdite
Bouton d'accès à la page actualités